Sluiten

Comment choisir son carrelage ?

Un carrelage se choisit en fonction de son goût, bien sûr, mais aussi de sa résistance. Tous les carrelages ne sont pas aussi résistants. Petit éclaircissement.

  • La résistance d’un carrelage se mesure selon deux normes complémentaires :

    • la norme PEI (Porcelain Email Institute) indique la résistance à l’abrasion d’un carreau.
      Cette norme internationale classe les carreaux de 1 à 5 :
      • PE1 (classe 1) = très faible passage, circulation avec semelle souple
      • PE2 (classe 2) = faible passage, pas d’accès à l’extérieur, sans piétinement (salle de bains, chambre à coucher)
      • PE3 (classe 3) = fréquence moyenne, passage normal (toutes les pièces de la maison sauf la cuisine)
      • PE4 (classe 4) = fréquence assez important, piétinement intense (magasin, entrée, cuisine)
      • PE5 (classe 5) = trafic intense de lieux publics.
    • la norme UPEC classe la durabilité en fonction de l’usage :
      • U = test d’usure à la marche
      • P = test de résistance au poinçonnement
      • E = test de comportement à l’entretien
      • C = test de résistance aux agents chimiques.

    Pour la salle de bains par exemple, il faudra choisir un carrelage classé PEI 2

    Les joints

    Les joints entrent dans l’esthétique du carrelage, tant par leur épaisseur que par leur couleur.
    Leur épaisseur est fonction de la taille du carreau. En général, sur des carreaux de 10 x 10 cm,
    le joint sera de 3 mm ; pour des carreaux de 20 x 20 cm, 4 mm.
    Traditionnellement, les joints sont blancs mais une grande tendance est de choisir un coloris en harmonie (plus clair ou plus foncé) ou en contraste avec le carreau.

    Les types de carrelage

    Le carrelage est un revêtement sain, naturel, facile d’entretien. Il se pose aussi bien au sol que sur les murs et habille aujourd’hui toutes les pièces, de la salle de bains à la cuisine en passant par le salon. Mais auparavant, il faut choisir le type de carrelage qui correspond bien à chacun de vos besoins et à chacune des pièces à carreler.

    Pâte de verre

    Un verre coloré dans la masse et cuit très longtemps à haute température. Il forme de petits carreaux, assemblés sur un filet pour en faciliter la pose, qui réinvente la mosaïque.

    Grès émaillé

    Ce grès résistant est recouvert d’une substance vitrifiante, qui lui permet d’être utilisé pour le plan de travail d’une cuisine.

    Faïence

    C’est une céramique à base d’argile très fine, recouverte d’un émail vitrifié. C’est le type de carreaux le plus courant qui se fait en mille et une couleurs, mille et un motifs et permet de très nombreuses compositions. Il se fait aussi en listel (frise décorative), qui permettent d’agrémenter un carrelage uni, voir blanc.
    Assez fragiles cependant, les carreaux de faïence se posent plutôt sur les murs.

    Terre cuite

    Ce revêtement de sol traditionnel, composé d’argile, était fabriqué autrefois dans de très nombreuses petites briqueteries locales dont certaines ont acquis une très grande réputation. Ses teintes naturelles, variant du jaune paille à l’ocre brun sont très chaleureuses et ne cessent d’embellir avec le temps. Elles sont superbes dans une maison «naturelle». La terre cuite est malheureusement difficile à entretenir parce que poreuse. lle demande à être vernissée.

    Grès cérame

    Il s’agit d’une céramique très dure, composée d’argile et de silice, ce qui la rend aussi résistante à l’usure qu’aux produits d’entretien. Sols, murs, intérieurs et même extérieurs, l’accueilleront en beauté. La tendance est aux grands carreaux noirs ou gris foncés, parfois sillonnés de lignes mates très graphiques.

    Pierre naturelle

    La pierre naturelle est un matériau noble et élégant aux tons et aux veinages variés.
    Indémodable et durable, elle est à la fois un investissement judicieux car elle garde toute sa valeur au fil des années et la complice d’une décoration très esthétique. En effet, chaque type de pierre est unique et permet des réalisations sur mesure originales. Ardoise, basalte ou petit-granit (la “pierre bleue“)sont parmi les pierres naturelles les plus employées.

    Marbre ou travertin

    Très élégant, il revient aussi sur le devant de la scène sans plus avoir la froideur qu’il évoque… celle des châteaux somptueux ! Veiné, moucheté, complété de bouchons, il entre dans des intérieurs très contemporains en leur apportant une touche intemporelle…

    Galets

    Ramassés généralement sur les plages indonésiennes, les galets sont lavés, calibrés et assemblés sur des trames souples pour composer des carreaux facilement emboîtables les uns aux autres. On peut en tapisser toute une pièce, sol et murs, une douche en particulier car ils sont doux sous les pieds et ne glissent pas. Ils sont aussi proposés en frises que l’on associe à un carrelage de faïence ou de marbre, au gré de sa fantaisie.

    Le calepinage

    Le calepinage est la façon de disposer les carreaux selon des motifs réguliers ou géométriques. Tous les types de carreaux s’y prêtent. Choisissez votre mode de pose avant d’acheter vos carreaux car le nombre nécessaire de carreaux n’est pas le même selon une pose ou une autre. La pose en diagonale, par exemple, donne beaucoup plus de chute de carreaux que les autres poses!

    1. Pose droite, 2. Pose en diagonal, 3. Pose décalée ou à joints contrariés, 4. Pose hexagonale (type tommettes), 5. Pose en damiers, 6. Pose à pans coupés avec cabochons, 7. Pose en chevrons, 8. Pose à joint en croix

    Le saviez-vous ?

    Personnalisez votre carrelage
    Frises ou listels permettent de personnaliser n’importe quel carrelage, même classique, et d’en faire un carrelage original et unique en y apportant une touche de couleurs ou une rupture dans les formes. Les autocollants, quant à eux, sont faciles à poser et égayent ou rajeunissent en un clin d’œil les murs d’une cuisine ou d’une salle de bains.

    Le coup de pouce Brico Plan It

    Pour entretenir un carrelage, de l’eau tiède suffit. Peut-être additionnée parfois d’un détergent alcalin non graissant comme le savon noir. Mais surtout ne le recouvrez jamais de cire ni de produit lustrant :
    ils encrassent le carrelage et y laissent des traces impossibles à enlever.

    Combien de m2

    Pour un sol :
    Calculez la surface de la pièce à couvrir sans tenir compte des joints ni des coupes.
    Ajoutez alors à cette surface totale :

    • 5% si vous optez pour une pose à joints droits ;
    • 10% pour une pose à joints alternés ou une pose oblique.

    Exemple : Pour une surface totale de 10m2 à couvrir de carreaux de 20 x 20 cm à joints droits, la quantité de carrelage nécessaire sera de 10 m2 + 5% = 10,5 m2

    Pour un mur :
    Calculez la surface à couvrir sans tenir compte des joints ni des coupes. Puis ajoutez 10% quelle que soit la pose, en déduisant cependant la surface des listels, fresques ou autres décors éventuels.

    Dans tous les cas, prévoyez 1 à 2 m2 supplémentaires pour la casse. Il est en effet quasi impossible de retrouver le même bain quelques mois, voire quelques années plus tard.